Pages

La femme


Je n'avais pas pris conscience de ce que mon coeur ingurgitait, ces visions de ces comportements masculins contre les femmes. Sommes nous toujours des objets pour leur désir de mâle ? Quelques fois, souvent, je me questionne. Est-ce dans leur gène ou bien est-ce plutôt un problème de société. Aujourd'hui j'ai reçu un message venant de mon ex, cet ex même qui m'a jeté en me disant qu'il était effrayé par moi, qu'il se sentait responsable de moi. 

Aujourd'hui je lis le tome 2 de L'amie Prodigieuse qui me pousse à cette réflexion. Femmes, qui sommes nous ? Doit-on toujours des comptes à notre époux, notre petit ami ou bien sommes nous capable de vivre seule quand les magazines, la télévision, le cinéma exploitent nos faiblesses.

 Dans notre société, la femme doit encore porter des enfants, ravager son corps pour enfanter, pour être accepter dans la société. La femme doit être belle, plaisante à regarder, toujours se rabaisser face à un homme. Non, en réalité rien n'a changé ; certes, nous avons le droit à notre propre compte bancaire, à être indépendante, à travailler, à faire des études. Néanmoins nous avons encore des pas à faire, comme le salaire, l'image que l'on porte sur nous. Les clips, le champ audio visuel le démontre bien. 

La femme doit être jeune, fragile, imberbe, la femme, sur ses épaules, porte un poids, le poids de cette pression sociétale. 
Quand je dis que je ne veux pas d'enfants l'on me rétorque que ça viendra plus tard. 
Quand je dis que je souhaite consacrer ma vie à mes passions plutôt que de donner mon amour à un homme l'on me rétorque que c'est dommage.
Quand je dis que je n'éprouve pas de désirs sexuels, que je suis asexuelle l'on s'insurge, un regard de pitié.

Je suis femme, indépendante, en colère aussi contre cette société qui nous oppresse sans qu'on s'en rende compte. Car avant c'était pire. Alors j'ai de l'espoir pour que nos pas s'avance encore vers plus d'égalité, que ces paroles que l'on jette sur le parvis, qui ne semblent rien s'arrêtent, se figent pour se métamorphoser en compréhension, en ouverture de l'autre. 

La femme n'est pas un objet, souvent considérer encore comme la faute sauvage du péché, il n'en est rien. La femme est intelligente, douée de paroles et d'esprit. Quand elle se montre plus forte que l'homme psychologiquement ou physiquement parlant l'on s'exclame car cela est impossible.

 Alors je balance mon premier article dans cette catégories qui me tient terriblement à coeur, j'ai constaté que j'étais féministe, depuis longtemps, observant d'abord et m'exprimant maintenant. Ce sont les premiers mots que je pose, que je partage car filles et garçons sont concernés. 

Vagabonde.

6 commentaires:

  1. J'ai bien noté ta nouvelle adresse. Courage pour tout rapatrier ici. Je l'ai fait plusieurs fois, je sais que c'est du boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tout fini mais sur mon autre blog, celui là c'est mon blog où je vais parler culture cinéma, série, musique, sujets de société etc... La littérature c'est ici : http://envoledepage.blogspot.fr/ Merci beaucoup pour tes encouragements en tout cas ! J'ai passé toute ma journée d'hier à faire de cc de mon wordpress à blogger xD

      Supprimer
    2. C'est noté pour la littérature. Mon tout premier blog était sur blogspot mais je trouve embêtant qu'on ne reçoive pas de mail lorsqu'il y a une réponse à nos commentaires.

      Supprimer
  2. Je découvre ton blog et je tombe sur cet article (le titre m'a interpellée). En un mot: merci . Etant complètement d'accord avec ta réflexion et ce que tu as écris, je trouve ton article (ainsi que ta démarche) vraiment super :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement ravie de voir que cet article t'a touché, je l'ai écris sur un coup de tête car j'avais besoin de m'exprimer mais de ne pas garder ma page pour moi, je pense que toutes les femmes sont concernées. Je vais essayer d'en faire plusieurs, il y a de quoi d'ailleurs !

      Supprimer
  3. Pendant un an, j'avais cette citation de Margaret Atwood accrochée dans ma salle de bain, près du miroir, (désolé, je n'ai pas la traduction):

    "Male fantasies, male fantasies, is everything run by male fantasies? Up on a pedestal or down on your knees, it's all a male fantasy: that you're strong enough to take what they dish out, or else too weak to do anything about it. Even pretending you aren't catering to male fantasies is a male fantasy: pretending you're unseen, pretending you have a life of your own, that you can wash your feet and comb your hair unconscious of the ever-present watcher peering through the keyhole, peering through the keyhole in your own head, if nowhere else. You are a woman with a man inside watching a woman. You are your own voyeur." - La Voleuse d'Hommes.

    RépondreSupprimer

Instagram